8
RENDEZ-VOUS EN RÉGION




28
MOIS DE CAMPAGNE




146
PROJETS E-SANTÉ PARTAGÉS




1595
PERSONNES ENGAGÉES




7749
FOLLOWERS SUR TWITTER


La newsletter de la santé numérique

Infographie du sondage sur les objets connectés santé


(cliquez sur l’image pour accéder à l’infographie)

Brève TIC Santé sur les résultats du sondage #FASN

Plus de 78% des professionnels de santé en établissement interrogés dans le cadre d’un sondage réalisé par le cabinet de conseil Care Insight approuvent l’utilité des objets connectés de santé, contre seulement 36% des professionnels libéraux.

Lire la brève sur TIC Santé

Interview de Jérôme Duvernois sur les objets connectés santé

Jérôme Duvernois a été directeur de la stratégie de Softway Medical et Président de la fédération LESISS, avant de rejoindre l’ASIP Santé en tant que Conseiller auprès de la Direction Générale

Il a aujourd’hui quitté l’ASIP Santé pour créer la société de conseil « eSanté Solutions » spécialisée dans le conseil en assistance à maîtrise d’ouvrage (AMOA) à destination des établissements de santé ainsi que dans le conseil stratégique auprès des industriels de la filière e-santé.


#FASN : Quelle est votre définition d’un objet connecté santé ?

JD : Il peut y en avoir plusieurs en fonction du point de vue. D’un point de vue technique et industriel, un objet connecté santé est un objet habituel de la santé qu’on va connecter de manière à ce qu’il puisse échanger avec d’autres dispositifs et systèmes d’information. D’un point de vue industriel, c’est donc un objet qui va soit avoir un meilleur comportement car il va être piloté de l’extérieur par un système qui a plus de capacité que lui à déterminer le comportement optimum, soit à l’inverse, c’est un objet qui va remonter de l’information pour alimenter un système capable de prendre des décisions plus éclairées.

Du côté utilisateur et usage, c’est un objet qui va permettre d’automatiser un certain nombre de choses. Considérons par exemple une mesure quelconque d’un paramètre biologique sur un patient dans un hôpital. Si la mesure est faite avec un objet non connecté, il sera nécessaire que l’infirmière ou l’aide-soignante prenne la mesure et la saisisse dans un système. Cela prend du temps et a un coût. Le nombre de prise de mesure dans la journée est donc limité par les moyens humains qui y sont consacrés.

L’objet connecté va se passer de l’humain pour envoyer cette information et automatiser la transmission de l’information au bon système. L’enjeu de l’objet connecté est d’améliorer la qualité des soins tout en… Lire la suite

Interviews vidéo des 36 Heures Chrono PACA

Pierre Trudelle (Haute Autorité de Santé) : “La HAS est impliquée sur 3 domaines de la e-santé : information, télétransmission et santé mobile” 


(cliquez sur l’image pour lire la vidéo)

Philippe Tourron (Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille) : “une donnée sécurisée, disponible, intègre, confidentielle, auditable et ouverte” 


(cliquez sur l’image pour lire la vidéo)

Dr Frédéric Prate (Centre Hospitalier Universitaire de Nice) : “Partager l’information et les décisions est un prérequis à la prise en charge globale de la personne âgée”


(cliquez sur l’image pour lire la vidéo)